mardi 31 janvier 2012

Virgil Finlay










Né en 1914 à Rochester, NY, Virgil Finlay a publié, entre 1935 et 1970, plus de 2600 illustrations. Principalement connu pour son travail dans les magazines Weird Tales, The American Weekly, Amazing, Fantastic Adventures et Strange Stories,  il réalisera également plusieurs affiches de l'armée américaine, pour laquelle il servira à Okinawa durant la Seconde Guerre Mondiale.

Suite au déclin brutal de la presse pulp, Finlay se dirigera, après sa démobilisation, vers les publications de science-ficition et d'astrologie (If, Galaxy, Astrology, Famous Science-Fiction), pour lesquelles il dessinera jusqu'à la fin des années 60. Profondément marqué par la guerre, Finlay est hanté par de violents cauchemars et des visions prémonitoires qui l'empêcheront de conduire et de sortir de chez lui. Atteint d'un cancer, il décèdera le 18 janvier 1971, quelques mois avant la sortie du premier livre consacré à son oeuvre (Virgin Finlay, publié chez Donald M. Grant).  

Loot Of The Vampire, illustration réalisée par Finlay en 1936 (ci-dessous), a été utilisée l'an dernier pour la pochette de Replica, le deuxième album de Oneohtrixpointnever.

lundi 30 janvier 2012

On repeat




Demo d'un nouveau titre de Black Bug (dont la version définitive devrait apparaître sur leur deuxième album prévu cette année).

vendredi 27 janvier 2012

20 raisons de mettre Paris à feu et à sang

Alors voilà, Megaupload a fermé, Fileserve, Filesonic, Uploaded.to et VideoBB ont été mis au régime sec, Mutant Sounds et La Caverne Des Introuvables ont jeté l'éponge et les archives d'Alainfinkielkrautrock ont été détruites par Blogger. Bref, c'est la fin du monde tel qu'on le connaissait, les robinets à merde sont grand ouverts, les loups se sont échappées du Valhalla, des dauphins de feu perforent de la croûte terrestre, il faut changer le papier-peint du cosmos avant midi, vous vous êtes fait un Michel Galabru en plein déjeuner d'affaires (un Michel Galabru c'est -pour faire court- une tache de pisse sur un pantalon en toile, de celles qu'on peut laisser quand on oublie de s'essuyer le gland après être passé aux toilettes) et il y a un problème de signalisation sur la ligne 4.
Restons positifs : cela signifie au moins qu'on a de toute évidence touché le fond et qu'on ne pourra désormais plus rien faire d'autre que remonter.
Et puis vous vous levez, vous lisez ça et vous réalisez que l'Univers est un trans aux yeux crevés frottant sa queue sur la roue du destin.
Alors, forcément, vous réagissez.

20 raisons de mettre Paris à feu et à sang

  • Les afters de la dernière chance au Rexy
Soyons sérieux un instant : imaginer avoir frôlé l'absolu parce qu'on a topé du détergent à la dernière soirée de la mère Dactylo, c'est un peu comme se prétendre fan de Clint Eastwood et ne pas savoir changer un pneu. Roumains aux yeux vitreux, attachés commerciaux à deux doigts de la catalepsie, nymphomanes de 17 ans démontées à la Manzana, vendeurs ambulants noyant leur chagrin dans la prune, sexe interdit, terreur pure  : si vous voulez vraiment regarder l'éternité dans les yeux, c'est au Rexy que ça se passe et pas ailleurs. 

  • Encaisser les nachos de La Julia
Ok, vous avez fait tous les grec-frites de la Porte de Clignancourt, vous avez prix la formule à 12 euros chez Mae Li à La Chapelle, vous avez fumé des mégots ramassés sur le quai de la station Marx Dormoy et vous êtes même allé jusqu'à commander un café dans un resto japonais. Mais dites vous bien que vous ne pourrez jamais accéder au titre de Rempart Humain à l'Hépatite C tant que vous n'aurez pas testé les nachos de La Julia, dans le 5ème. J'y suis entré un jour, par un hasard total, à l'heure du déjeuner (je travaillais dans le quartier et j'étais d'humeur téméraire). Le resto était vide, à moitié en travaux et infesté de moucherons. Je me suis avancé jusqu'à la cuisine (la porte était grande ouverte), je suis tombé sur un indien qui envoyait un texto sur un petit téléphone carré. Je lui ai demandé si je pouvais déjeuner, il m'a dit "si, si, attends" et a foncé dehors, revenant quelques minutes plus tard avec un type en chemise et noeud de papillon qui m'a indiqué une table et a pris ma commande. Le type est ensuite passé derrière le bar, a mis de la musique (un morceau de Michael Jackson dont je ne connaissais pas le titre, joué en boucle mais jamais en entier vu qu'il revenait systématiquement au début après le premier refrain - véridique) et, trente secondes plus tard, m'a servi les nachos les plus OUTRANCIEREMENT PSYCHÉDÉLIQUES de toute la place de Paris. Pour tout dire, j'ai tellement ramassé que j'y suis retourné 2 jours plus tard pour m'assurer que je n'avais pas halluciné. Je n'avais pas halluciné.

  • Être coincé au premier rang du balcon du Max Linder
La seule fois où ça m'est arrivé, c'était pour Inception et, durant la dernière demi-heure, toute la rangée s'était mis debout à cause de la PUTAIN DE RAMBARDE QUI CACHE LES SOUS-TITRES.

  • Frissonner avec les crackheads à Château-Rouge (XVIIIème)
On adore ou on déteste cette station de métro, mais très tôt le matin, totalement à jeun et calé sur un strapontin de la ligne 4, ça donne juste envie de confier son corps à un fabricant de gommes pour disparaître sur une feuille Canson posée sur le bureau d'un enfant de 4 ans impatient de finir son dessin pour aller l'offrir à une maman qui sent bon la brioche et le chocolat chaud.

  • Croiser Cyril Lignac à Opéra
Une boule de merde traverse le Boulevard des Italiens à vive allure ? Vous êtes bien dans le 9ème arrondissement, où Jean-Jean Coquillettes fait son jogging tous les matins aux alentours de 11h avec le même survêtement bleu nuit que Jean Carmet dans Le Grand Blond et une propension à lancer des petits sourires de joueur de billes à tout ce qui peut techniquement être en mesure de supporter la vue de ses garnitures.

  • Boire une bière à 14 euros à St Germain avec un développeur 3D
Même si tu ne commences VRAIMENT à savourer le moment que lorsque le développeur en question t'annonce combien il compte te payer pour la traduction de son manuel de 125 pages assorti d'une plaquette de vulgarisation en 8 volets.

  • Chier à côté de la cuvette au Point Ephémère
L'occupation favorite des touristes italiennes qui y passent en semaine, juste derrière "se cracher de la bière dans la bouche" et "perdre connaissance".

    • Croiser Louise Bourgoin au Silencio
    Désolé, mais si je paye 800 euros pour avoir le privilège d'aller pisser chez David Lynch en plein après-midi, j'estime que j'ai au minimum droit à faire des concours de rôts avec des actrices porno diplômées en sciences politiques ou à écosser des haricots verts avec des pirates, et pas à me fader les vannes pourries d'une semi-célébrité qui a un humour de stagiaire assommée au Casanis.

    • S'incruster dans une soirée UMP un soir de légistlatives
    Vous munir d'un cd-r sur lequel vous aurez gravé au préalable le générique de Champs Elysées. Attendre le soir du second tour des légistlatives.Vous incruster dans une soirée UMP post-victoire de second tour des légistlatives. Vous faire passer pour le Shadow-Tweetos de Patrick Devedjian. Draguer une militante. Finir la soirée chez elle. Glisser le cd-r dans la chaîne du salon, appuyer sur Repeat. La baiser avec véhémence sur fond de générique de Champs-Elysées. Hurler "Mélenchon président" au moment de l'orgasme. Fuir par la fenêtre de la chambre sur fond de générique de Champs-Elysées.

    • Cartographier la ville avec Fred Coppula
    Parce que les légistlatives, c'est pas tous les soirs et que lui seul saura vous montrer où habitent les militantes qui mouillent pour les larbins de Devedjian.

    • Trinquer avec des légionnaires tueurs en série
    You just can't beat the feeling.

    • Eviter de la ramener sur le conflit israélo-palestinien
    Surtout quand son plus haut fait journalistique est d'avoir vanté les mérites d'un pain brioché au miel de chataîgner.

    • Aller écouter Woodkid sous la Tour Eiffel
    Histoire de voir des journalistes férus de pain brioché au miel de chataîgner se forcer à rire aux vannes pourries d'attaché(e)s de presse qui aimeraient avoir l'humour de Louise Bourgoin.

    • Rester à Paris
    Ne serait-ce que pour Catholic Spray, Frustration, Cheveu, La Chatte, dDamage, Mondkopf, Blut Aus Nord, Trésors, Arnaud Rebotini, Kill For Total Peace, Cry Wolf, Arch Woodmann, Clément Meyer, Mensch, Chef, The Konki Duet, La Secte Du Futur, Jungle Hop, Milkymee, Get The Curse, Born Bad, Tsunami-Addiction, Kill The DJ, XVIII Records, Teenage Menopause, Rank Toy et tous ceux et celles qui rendent chaque jour cette ville de merde un peu plus excitante et supportable.

    • S'arrêter à 15
    Parce que je n'ai pas que ça à foutre non plus.

    mercredi 25 janvier 2012

    mardi 24 janvier 2012

    On repeat


    Radar Eyes - I Am

    A noter que la release party du premier album de Radar Eyes -dont est extrait le titre ci-dessus- aura lieu le 6 février prochain au Empty Bottle à Chicago, Illinois. Je n'y serai pas et vous n'y serez probablement pas non plus, mais, déchiration intégrale oblige, je me devais de poster l'affiche.

    lundi 23 janvier 2012

    Your silent face

    Détresse, famine, mort par suffocation : tous les baromètres sociaux l’indiquent, l’heure est à l’incertitude et les initiatives du gouvernement pour contrer les effets de la crise et renforcer la compétitivité paraissent bien dérisoires face aux affres d’un quotidien chaque jour un peu plus sordide. Un contexte qui ouvre la voie aux prédictions les plus pessimistes, les experts tablant désormais sur un effondrement total et irrévocable de la croissance, qui plongera la zone euro dans un gouffre de désespoir dont elle ne sortira qu’au terme d’une lutte sans merci contre des alligators préhistoriques volants à l'horizon 2014.

    Il est à noter toutefois que de brefs frémissements se feront sentir d’ici là dans le secteur de la suspension murale, avec tout d’abord une exposition consacrée au trop discret Nagawika. Collaborateur historique de Noise, auteur de l’inénarrable comic sur Darkthrone qui accompagnait l’édition limitée de Circle The Wagons, et, plus globalement, lien erratique et charbonneux entre Robert Crumb, Tommy Iommi, la scène punk DIY et votre cahier de brouillon de CM2, Nagawika a confié depuis samedi dernier, et ce jusque début mars, une poignée d'originaux à la librairie La Luttine à Lyon 7ème.





    Si toutefois vous n'habitez pas Lyon et que vous cherchez davantage à vous frotter aux multitudes ou aux propositions exclusives, sachez que le vernissage de Visages, nouvelle exposition de l'incontournable galerie 12Mail, se tiendra le 3 février prochain.


    Dirigée par Joseph Ghosn, Visages est consacrée au portrait dans la bande dessinée et présentera une trentaine de dessins de Charles Berberian, Theo Ellsworth, Charles Burns, Philippe Dupuy, Sammy Harkham, Frédéric Fleury, Blutch, Frédérique Rusch, Paul Hornschemeier, Caroline Andrieu, Nine Antico, Serge Clerc, Frédéric Poincelet, Antoine Marquis, Julien Carreyn, Emmanuelle Pidoux, Fanny Michaëlis, Ludovic Debeurme et Michael Deforge. Un catalogue gratuit au format tabloïd limité à 1000 exemplaires sera édité pour l'occasion et une longue interview de Joseph Ghosn réalisée par votre serviteur figurera dans le numéro #9 de new Noise, qui sortira début mars et dont on reparlera in extenso en temps voulu.




    NAGAWIKA
    Du 21 janvier à quelque part en mars 2012
    La Luttine
    91 rue Montesquieu
    69007 Lyon
    De 14h à 18h chaque samedi

    VISAGES
    Du 3 février au 30 mars 2012
    12MAIL / Red Bull Space
    12 rue du Mail
    75002 Paris
    Vernissage le vendredi 3 février de 18h à 21h

    mercredi 18 janvier 2012

    lundi 16 janvier 2012

    Action! Mystery! Thrills! - Comic Book Covers Of The Golden Age 1933-1945

    Annoncé depuis près de 6 mois à grand renforts de teasers et copies de travail, Action! Mystery! Thrills! - Comic Book Covers Of The Golden Age 1933-1945 sera enfin disponible ce mois-ci chez Fantagraphics.

    Compilation aussi fastueuse qu'inégale de couvertures de comics des années 30 et 40, le recueil de Greg Sadowski présente plus d'une centaine de modèles signés de la main de -pour ne citer que les plus juteux- Carl Barks, Charles Biro, Jack Cole, Reed Crandall, Will Eisner, Bill Everett, Lou Fine ou encore Jack Kirby.





    Disponible à partir du 30 janvier ici.

    lundi 9 janvier 2012

    On repeat



    L'album est disponible dans son intégralité et sans droits d'admission ici.

    vendredi 6 janvier 2012

    New Noise #8


    On commence cette année de la même manière que 2011 : avec un numéro un peu bancal (interviews qui sautent au dernier moment, rubriques en plan, articles bouche-trou dépêchés en ultime secours) et légèrement diminué (16 pages de moins) mais de qualité honorable même si, pour être tout à fait honnête, je ne m'y suis intéressé que de très loin : la vraie reprise, pour moi ce sera en mars avec le #9, ma participation à cette première livraison de 2012 s'étant, faute de temps, limitée à l'absolu minimum (une poignée de chroniques et la rubrique Fight For Your Art).

    En couve Mark Lanegan
    Dossier Best Of 2011
    Label Stones Throw
    Playlist Blut Aus Nord
    Bibliothèque De Combat Aurélien Masson - Série Noire (2ème partie)
    Portfolio Synckop
    Mercyful Cake David Yow

    Interviews Earth, Oneohtrix Point Never, Duchess Says, IceAge, Bardo Pond, St. Vincent, Kap Bambino, Will Haven, Com Truise, Boyd Rice, A3I / Flipper, Hanni El Khatib, Still Corners, Trailer Trash Tracys, Cloud Nothings, Shining, Corridor, Sun Araw, All The Saints, Led Er Est, Fleshpress, IDEM, High Wolf, Nebulo & Druc Drac, Peter Wolf Crier, Mina May, Forest Fire

    En kiosque mi-janvier.

    mardi 3 janvier 2012

    Le parfum de la dame en noir


    L'essentiel Tampographe Sardon entre dans 2012 comme un Sicilien fait irruption chez ses débiteurs : sans espoir de pardon et avec la châtaigne pour toute présentation. Aucune conciliation possible en effet face à Orgasmo, superbe coffret de tampons réalisé en co-production avec Serious Publishing reprenant les affiches de 12 affiches de films érotiques et pornographiques des années 70, parmi lesquels Sexuellement Vôtre de Max Pecas et La Lycéenne Découvre L'Amour (La Ragazzina en VO) de Mario Imperoli.


    Orgasmo est disponible pour 60 euros (+ 5 euros de frais de port) directement auprès du Tampographe Sardon.