vendredi 27 janvier 2012

20 raisons de mettre Paris à feu et à sang

Alors voilà, Megaupload a fermé, Fileserve, Filesonic, Uploaded.to et VideoBB ont été mis au régime sec, Mutant Sounds et La Caverne Des Introuvables ont jeté l'éponge et les archives d'Alainfinkielkrautrock ont été détruites par Blogger. Bref, c'est la fin du monde tel qu'on le connaissait, les robinets à merde sont grand ouverts, les loups se sont échappées du Valhalla, des dauphins de feu perforent de la croûte terrestre, il faut changer le papier-peint du cosmos avant midi, vous vous êtes fait un Michel Galabru en plein déjeuner d'affaires (un Michel Galabru c'est -pour faire court- une tache de pisse sur un pantalon en toile, de celles qu'on peut laisser quand on oublie de s'essuyer le gland après être passé aux toilettes) et il y a un problème de signalisation sur la ligne 4.
Restons positifs : cela signifie au moins qu'on a de toute évidence touché le fond et qu'on ne pourra désormais plus rien faire d'autre que remonter.
Et puis vous vous levez, vous lisez ça et vous réalisez que l'Univers est un trans aux yeux crevés frottant sa queue sur la roue du destin.
Alors, forcément, vous réagissez.

20 raisons de mettre Paris à feu et à sang

  • Les afters de la dernière chance au Rexy
Soyons sérieux un instant : imaginer avoir frôlé l'absolu parce qu'on a topé du détergent à la dernière soirée de la mère Dactylo, c'est un peu comme se prétendre fan de Clint Eastwood et ne pas savoir changer un pneu. Roumains aux yeux vitreux, attachés commerciaux à deux doigts de la catalepsie, nymphomanes de 17 ans démontées à la Manzana, vendeurs ambulants noyant leur chagrin dans la prune, sexe interdit, terreur pure  : si vous voulez vraiment regarder l'éternité dans les yeux, c'est au Rexy que ça se passe et pas ailleurs. 

  • Encaisser les nachos de La Julia
Ok, vous avez fait tous les grec-frites de la Porte de Clignancourt, vous avez prix la formule à 12 euros chez Mae Li à La Chapelle, vous avez fumé des mégots ramassés sur le quai de la station Marx Dormoy et vous êtes même allé jusqu'à commander un café dans un resto japonais. Mais dites vous bien que vous ne pourrez jamais accéder au titre de Rempart Humain à l'Hépatite C tant que vous n'aurez pas testé les nachos de La Julia, dans le 5ème. J'y suis entré un jour, par un hasard total, à l'heure du déjeuner (je travaillais dans le quartier et j'étais d'humeur téméraire). Le resto était vide, à moitié en travaux et infesté de moucherons. Je me suis avancé jusqu'à la cuisine (la porte était grande ouverte), je suis tombé sur un indien qui envoyait un texto sur un petit téléphone carré. Je lui ai demandé si je pouvais déjeuner, il m'a dit "si, si, attends" et a foncé dehors, revenant quelques minutes plus tard avec un type en chemise et noeud de papillon qui m'a indiqué une table et a pris ma commande. Le type est ensuite passé derrière le bar, a mis de la musique (un morceau de Michael Jackson dont je ne connaissais pas le titre, joué en boucle mais jamais en entier vu qu'il revenait systématiquement au début après le premier refrain - véridique) et, trente secondes plus tard, m'a servi les nachos les plus OUTRANCIEREMENT PSYCHÉDÉLIQUES de toute la place de Paris. Pour tout dire, j'ai tellement ramassé que j'y suis retourné 2 jours plus tard pour m'assurer que je n'avais pas halluciné. Je n'avais pas halluciné.

  • Être coincé au premier rang du balcon du Max Linder
La seule fois où ça m'est arrivé, c'était pour Inception et, durant la dernière demi-heure, toute la rangée s'était mis debout à cause de la PUTAIN DE RAMBARDE QUI CACHE LES SOUS-TITRES.

  • Frissonner avec les crackheads à Château-Rouge (XVIIIème)
On adore ou on déteste cette station de métro, mais très tôt le matin, totalement à jeun et calé sur un strapontin de la ligne 4, ça donne juste envie de confier son corps à un fabricant de gommes pour disparaître sur une feuille Canson posée sur le bureau d'un enfant de 4 ans impatient de finir son dessin pour aller l'offrir à une maman qui sent bon la brioche et le chocolat chaud.

  • Croiser Cyril Lignac à Opéra
Une boule de merde traverse le Boulevard des Italiens à vive allure ? Vous êtes bien dans le 9ème arrondissement, où Jean-Jean Coquillettes fait son jogging tous les matins aux alentours de 11h avec le même survêtement bleu nuit que Jean Carmet dans Le Grand Blond et une propension à lancer des petits sourires de joueur de billes à tout ce qui peut techniquement être en mesure de supporter la vue de ses garnitures.

  • Boire une bière à 14 euros à St Germain avec un développeur 3D
Même si tu ne commences VRAIMENT à savourer le moment que lorsque le développeur en question t'annonce combien il compte te payer pour la traduction de son manuel de 125 pages assorti d'une plaquette de vulgarisation en 8 volets.

  • Chier à côté de la cuvette au Point Ephémère
L'occupation favorite des touristes italiennes qui y passent en semaine, juste derrière "se cracher de la bière dans la bouche" et "perdre connaissance".

    • Croiser Louise Bourgoin au Silencio
    Désolé, mais si je paye 800 euros pour avoir le privilège d'aller pisser chez David Lynch en plein après-midi, j'estime que j'ai au minimum droit à faire des concours de rôts avec des actrices porno diplômées en sciences politiques ou à écosser des haricots verts avec des pirates, et pas à me fader les vannes pourries d'une semi-célébrité qui a un humour de stagiaire assommée au Casanis.

    • S'incruster dans une soirée UMP un soir de légistlatives
    Vous munir d'un cd-r sur lequel vous aurez gravé au préalable le générique de Champs Elysées. Attendre le soir du second tour des légistlatives.Vous incruster dans une soirée UMP post-victoire de second tour des légistlatives. Vous faire passer pour le Shadow-Tweetos de Patrick Devedjian. Draguer une militante. Finir la soirée chez elle. Glisser le cd-r dans la chaîne du salon, appuyer sur Repeat. La baiser avec véhémence sur fond de générique de Champs-Elysées. Hurler "Mélenchon président" au moment de l'orgasme. Fuir par la fenêtre de la chambre sur fond de générique de Champs-Elysées.

    • Cartographier la ville avec Fred Coppula
    Parce que les légistlatives, c'est pas tous les soirs et que lui seul saura vous montrer où habitent les militantes qui mouillent pour les larbins de Devedjian.

    • Trinquer avec des légionnaires tueurs en série
    You just can't beat the feeling.

    • Eviter de la ramener sur le conflit israélo-palestinien
    Surtout quand son plus haut fait journalistique est d'avoir vanté les mérites d'un pain brioché au miel de chataîgner.

    • Aller écouter Woodkid sous la Tour Eiffel
    Histoire de voir des journalistes férus de pain brioché au miel de chataîgner se forcer à rire aux vannes pourries d'attaché(e)s de presse qui aimeraient avoir l'humour de Louise Bourgoin.

    • Rester à Paris
    Ne serait-ce que pour Catholic Spray, Frustration, Cheveu, La Chatte, dDamage, Mondkopf, Blut Aus Nord, Trésors, Arnaud Rebotini, Kill For Total Peace, Cry Wolf, Arch Woodmann, Clément Meyer, Mensch, Chef, The Konki Duet, La Secte Du Futur, Jungle Hop, Milkymee, Get The Curse, Born Bad, Tsunami-Addiction, Kill The DJ, XVIII Records, Teenage Menopause, Rank Toy et tous ceux et celles qui rendent chaque jour cette ville de merde un peu plus excitante et supportable.

    • S'arrêter à 15
    Parce que je n'ai pas que ça à foutre non plus.

    24 commentaires:

    1. J'ai ri à en rater ma digestion

      RépondreSupprimer
    2. où comment en foutre plein la gueule aux salariés (et aux pauvres stagiaires) des Inrocks dont l'anthologie s'intitulait rappelons le: "25 ans d'insoumission" (rire général). Allez les mecs on prépare l'artillerie sur Woodkid (rire général), le label vient d'acheter la couv'

      RépondreSupprimer
    3. pourquoi Blut Aus Nord? ils font jamais de concert et y'a aucun lien avec Paris...

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Ils sortent des disques, c'est une raison suffisante (cela dit, tu as raison, techniquement ce n'est pas un groupe parisien mais j'avais envie de les mettre quand même)

        Supprimer
    4. Toi tu me plais...j'irai bien manger un nachos au Silencio avec toi un de ces 4...

      RépondreSupprimer
    5. "... tous ceux et celles qui rendent chaque jour cette ville de merde un peu plus excitante et supportable" = exactement ce que je me dis tous les matins en sortant de ma cage à lapin dans le 18e. Merci !

      RépondreSupprimer
    6. Rhaaa le plaisir incommensurable de lire cet article après m'être taché les yeux avec celui des inrocks.

      RépondreSupprimer
    7. j'ai réécouté le générique de champs élysées il était pas mal

      RépondreSupprimer
    8. il est ou le bar avec les legios ?

      RépondreSupprimer
    9. Un gros plaisir, j'ai bien aimé l'article des inrocks, merci je ne l'aurais pas lu sans toi. Ca mérite bien un bisous goût Javier Pastore.

      RépondreSupprimer
    10. Au passage, une petite mixtape par Catholic Spray à choper ici : http://letsgetbent.tumblr.com/post/16542268090/guest-mix-catholic-spray

      RépondreSupprimer
    11. http://www.youtube.com/watch?v=iKhI3MyUVw0

      RépondreSupprimer
    12. Génial.
      Je réécoute aussi le générique de Champs Élysées.

      RépondreSupprimer
    13. ahaha, ca partait bien avec l'intro et ca finit parfaitement !

      RépondreSupprimer
    14. FAN
      Je hais les Inrocks et je préfère Berlin mais merci de m'avoir fait autant rire

      RépondreSupprimer
    15. C'est un peu le même genre de réflexion que je me fais sur Paris:"la cour des miracles" sinon coté "freakshow" et bling bling c'est redoutable aussi.....
      Les inrock(aka introductibles) même comme PQ Niet!!!!
      Quoi qu'en pense notre bon St Michel Drucker je préfére Lordi à son générique et ces violons Venezainos.
      La cuvette du Point Ephémère ça doit être une des portes de l'enfer en tout cas l'aspect et le parfum......
      Je vais mangé tu m'a donné faim avec tes nachos....

      RépondreSupprimer
    16. j'ai ri tres fort

      alors que pour l'article des inrock je serrais les dents en grognants "enfants de putains"

      RépondreSupprimer
    17. Bien vu =)

      Petite goutte de sueur glacée à l'évocation du Rexy club et il manque l'incontournable bar de fin de nuit de vie le QG à Oberkampf !

      RépondreSupprimer
    18. Putain enfin quelqu'un qui parle de Catholic Spray !
      Merci
      J'avais réalisé ce truc pour eux et vice il y a quelque temps : www.haroldchlewicki.com

      C'est le futur ces mecs

      RépondreSupprimer